Locaux 2021

La diaspora a décidé de voter physiquement en raison des difficultés de candidature

Malgré l'augmentation du nombre d'expatriés intéressés à voter aux élections municipales, les institutions n'ont pris aucune mesure pour leur faciliter ce processus. Eux aussi ont été confrontés cette fois à de nombreuses procédures de candidature. Alors que certains des émigrés dont la candidature avait été rejetée lors des élections précédentes, pour les élections du 17 octobre, ils ont décidé de se rendre au Kosovo pour voter physiquement.

L'impossibilité de voter par correspondance depuis la Suisse lors des deux dernières élections a fait que l'expatrié Hilmi Gashi ne fait pas partie des 15'17 expatriés attendus pour voter pour les élections du XNUMX octobre.

En conséquence, il affirme qu’il sera obligé de quitter l’État suisse pour voter physiquement au Kosovo.

"Si je demande maintenant à voter depuis la Suisse par courrier et que ce droit m'est refusé, alors je n'ai pas non plus le droit de voter au Kosovo. C’est pour cette raison que je ne veux pas perdre cette chance jusqu’à ce que cela soit clarifié. J'utiliserai le droit de vote au Kosovo, même si cela coûte cher, prend du temps, et maintenant, surtout dans le cas de la pandémie, où nous craignons la très large propagation du virus, cela a été un grand défi, " il a dit.

Le vote par correspondance depuis l'Allemagne lors des dernières élections a également été une tâche difficile et coûteuse pour Beqir Murat. Après les difficultés pour voter, il affirme également que cette fois il se déplacera pour voter dans sa commune.

"Nous, les Kurbetcariens, devons perdre beaucoup de temps, nous sommes employés, nous devons prendre un congé pour aller à la poste et l'envoyer. Cela nous a été difficile, mais maintenant que je serai physiquement au Kosovo, je remplirai mon obligation civique", a déclaré Murati.

Pour les élections de cette année, 5 mille 56 candidatures supplémentaires ont été approuvées par rapport à celles de 2017.

Cependant, malgré l'intérêt accru de la diaspora pour voter aux élections municipales, l'organisation "Germin" affirme que l'État n'a pris aucune mesure pour maintenir cette tendance en assouplissant les procédures de candidature et de vote.

Cependant, cette fois, le délai plus long disponible pour envoyer les votes est évalué positivement.

"La bonne chose à propos de ces élections, c'est qu'il s'agit d'élections régulières et que le délai est d'un mois, du 15 septembre au 15 octobre. Tous ceux qui sont inscrits peuvent envoyer leurs enveloppes avec leurs bulletins de vote au Kosovo. Ceci, en plus du fait qu'ils disposent de plus de temps, permet également de réduire les coûts", a déclaré Sihana Bejtullahu de cette organisation.

Le gouvernement Kurti a lancé une initiative visant à modifier la loi sur les élections générales en avril de cette année, alors que le pays risquait d'organiser des élections anticipées en cas d'échec de l'élection du président.

L'exécutif a justifié cette initiative en assouplissant les procédures de vote pour les expatriés, mais elle a été retirée suite à la pression du public et à l'évaluation selon laquelle l'initiative avait été prise dans l'intérêt du parti.

Mais, 6 mois plus tard, le gouvernement n'a même pas entamé les procédures pour modifier cette loi.