JOURNAL DU SOIR

"L'usine aux ouvriers" triomphe au "DokuFest"

L'histoire de l'usine de production d'outils de travail, révélée dans le documentaire "L'usine aux ouvriers", réalisé par le Croate Sërgjan Kovačević, a triomphé au "DokuFest". Il a remporté le grand prix et celui du meilleur documentaire dans la catégorie "Balkan Dox". 109 films de 58 pays ont été projetés dans 8 catégories de compétition. Samedi soir au "Kino Lumbardhi" les prix de la 21e édition ont été distribués.

Le documentaire du réalisateur croate Sërgjan Kovačević, où la volonté des ouvriers de maintenir en vie une usine socialiste, a remporté le premier prix au "DokuFest".

Il a également gagné dans la catégorie "Balkan Dox".

L'histoire qui se déroule avec tout ce qui vient à la surface va bien avec le thème de cette année du Festival international du documentaire et du court métrage "DokuFest", "Comment survivre?".

Lors de la cérémonie de remise des prix samedi soir au "Kino Lumbardh", le réalisateur Kovačević a déclaré que ce prix était très important pour lui.

Dans l'environnement extérieur du cinéma le plus spécial, pas seulement du pays, la cérémonie de remise des prix a également commencé.

Mais les invités ont dû rentrer à cause de la pluie.

Le festival, qui est déjà devenu un promoteur exceptionnel de la cinématographie au Kosovo, a choisi cette année de récompenser les récits de survie comme thème central.

Le prix de la distribution a été décerné au film "Shpija", le prix du public est allé à "Love, Deutschmarks & Death", le prix de la catégorie nationale a été décerné à "Ka me kalu", réalisé par Flonja Kodheli.

Le meilleur court métrage international a été décerné à "Mes parents viendront-ils me voir".

Dans la catégorie "Green Dox", "Foragers" a gagné, dans "Human Rights Dox" "Myanmar Diaries" a triomphé, et dans "Truth Dox", le jury a évalué le documentaire "Le meurtre d'un journaliste".

Pour un documentaire court, le prix a été décerné au projet "Haulout".

Le directeur exécutif de "DokuFest" Eroll Bilibani a qualifié l'édition de cette année de magique.

Sujet "Comment survivre ?" cette année, ce n'était pas seulement une question-sujet sur la survie contre les conditions climatiques, la guerre, la violence, le fascisme et l'existence. On s'est également interrogé sur la survie du Festival face au soutien des institutions.