EXPRESS

Giuffredi de Nicoletta avec harmonie de clarinette et piano

Le couronnement de cette édition du Festival International de Clarinette au Kosovo a été confié au clarinettiste italien Corrado Giuffredi, virtuose mondialement connu pour son talent extraordinaire et son engagement envers la clarinette. Le voyage de Giuffredi à travers le monde de la musique classique n'est rien de moins qu'un itinéraire extraordinaire.

Mais pour le public kosovar, sa prestation, marquée par une rare combinaison de brio technique et de compréhension subtile de la musique, a été rejointe par Federico Nicoletta, pianiste italien passionné de musique de chambre.

La soirée a commencé par un concert fantastique avec le "Rigoletto" de Verdi, de Luigi Bassi, présenté comme un dynamisme permettant à la clarinette de Giuffredi et au piano de Nicoletta de présenter différents ornements et variations sonores. Puis ce fut le tour du deuxième acte avec une autre fantaisie, mais cette fois avec "Tosca" de Puccini de Michele Mangani, qui était à la fois une première et un hommage en l'honneur du 100e anniversaire de la mort du compositeur Giacomo Puccini.

Une pause de quelques minutes est venue en guise d'intermezzo annoncer la deuxième partie du concert, à laquelle étaient réservées des œuvres du XXe siècle. La "Sonate pour clarinette et piano" de Francis Poulenc a commencé comme une composition de musique de chambre qui a donné de la couleur au l'obscurité qui régnait dans l'Atelier du Palais de la Jeunesse et des Sports à Pristina.

"Rhapsody in Blue" de George Gershwin était le signal que le concert touchait à sa fin, mais pas à sa fin en tout cas. A travers cette œuvre, Giuffredi et Nicoletta ont transporté le public présent quelques minutes dans le New York des années 20, entre classique, jazz et blues. L’œuvre apparaît comme une cacophonie savamment orchestrée avec le brio de Gershwin, qui parvient à combiner les genres avec aisance tout en créant un paysage musical sophistiqué.

L'artiste lui-même s'est montré très satisfait de l'accueil chaleureux qu'il a reçu au Kosovo et a souligné l'enthousiasme du public de Prishtina.

"C'était une expérience merveilleuse, c'est ma première fois au Kosovo. J'ai beaucoup apprécié les gens, les étudiants en clarinette et leur enthousiasme, et cela compte beaucoup pour moi car le but d'un artiste est de rassembler les gens à travers la musique."

Pour le répertoire de cette soirée, il avait lui-même pris soin d'apporter quelque chose de plus spécial au public du Kosovo.

"Le répertoire que nous avons joué ce soir est mon préféré, car je suis italien, c'est pourquoi je commence habituellement le concert par l'opéra fantastique "Rigoletto" de Verdi. Cette soirée était également spéciale car nous avons créé "Tosca" de Michele Mangani, car cette année c'est le 100e anniversaire de la mort de Puccini. Alors que dans la deuxième partie je traite la clarinette dans le style du siècle dernier, j'aime ensuite toute la musique écrite pour la clarinette, que le public aime aussi, et donc la soirée d'hier a été spectaculaire".

Même pour Federico Nicoletta, en tant qu'accompagnateur de Giuffredi au piano, Pristina a été chaleureuse dès le début, tout comme la salle où il jouait.

"C'était fantastique et en fait la salle avec ces lumières qui vont avec la dernière partie que nous avons jouée 'Rhapsody in blue'. Nous étions également ravis de jouer pour la première fois « Tosca » de Michele Mangani, c'est toujours un mystère de présenter une nouvelle pièce car on ne sait pas si le public l'aimera ou non, mais je pense qu'il l'a fait, j'espère ! » .

De son côté, Malbora Krajku, du Festival International de Clarinette du Kosovo, a exprimé sa satisfaction de cette quatrième édition, ainsi que du fait que ce soir la composition du public a dépassé les frontières du Kosovo.

"Aujourd'hui, c'est la soirée de clôture de la quatrième édition du "International Kosova Clarinet Fest", nous avons réussi à réaliser un fantastique concert en duo avec le célèbre clarinettiste Corrado Giuffredi, accompagné au piano par Federico Nicoletta. Giuffredi vient pour la première fois au Kosovo pour se produire et a été accueilli par le public, parmi lequel nous avions également des invités d'Albanie, de Macédoine du Nord et de Slovénie, venus juste pour entendre Giuffredi. La particularité de cette soirée, entre autres, a été de jouer pour la première fois de sa carrière une œuvre qu'il a choisi de jouer au Kosovo".

La performance de Giuffredi et Nicoletta ainsi que le répertoire soigneusement choisi ont été suffisamment appréciés par le public pour obliger les interprètes à revenir sur scène trois fois de suite sous les applaudissements et les ovations.