LE MONDE

La Cour suprême annule la condamnation à mort du rappeur iranien

Toomaj Salehi

La Cour suprême iranienne a annulé la condamnation à mort du rappeur Toomaj Salehi, a annoncé samedi son avocat.

En avril, Salehi a été condamné à mort par un tribunal d'Ispahan pour « corruption sur Terre », alors qu'il purgeait une autre peine de prison pour avoir participé aux manifestations de 2022 qui ont secoué l'Iran pendant plusieurs mois.

"Comme prévu, la Cour suprême a évité une erreur judiciaire irréparable", a déclaré l'avocat de Saleh, Amir Raisian, dans un message sur X, l'ancienne plateforme Twitter.

"La condamnation à mort a été annulée et, sur la base de la décision de la Cour suprême, l'affaire sera renvoyée devant une instance parallèle pour réexamen."

Salehi, 33 ans, a été arrêté pour la première fois en octobre 2022, après avoir déclaré publiquement son soutien aux manifestations qui ont éclaté en septembre de la même année, à la suite du décès de Mahsa Amin, 22 ans, décédé alors qu'il était en garde à vue. au motif qu'il ne s'était pas correctement couvert la tête.

Depuis, il a été libéré et de nouveau arrêté à plusieurs reprises, en raison de diverses décisions judiciaires.

Salehi a attiré l'attention pour les paroles de ses chansons, qui traitent de thèmes contre la corruption, la pauvreté, les exécutions et le meurtre de manifestants en Iran.

Il a également évoqué les divergences croissantes entre les résidents iraniens et les dirigeants de l'État, accusant les autorités d'«étouffer» les gens, sans se soucier de leur bien-être./ REL