LE MONDE

Biden sous pression pour permettre à l’Ukraine d’attaquer le territoire russe avec des armes occidentales

Joe Biden

Joe Biden

Photo : Presse associée

Le président américain Joe Biden subit des pressions croissantes pour permettre à l’Ukraine d’utiliser les armes occidentales pour attaquer le territoire russe.

Un certain nombre d’alliés des États-Unis ont indiqué cette semaine qu’ils étaient ouverts à cette possibilité, rapporte la BBC.

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde contre de « graves conséquences », notamment pour ce qu'il a qualifié de « petits États » en Europe.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré que la position de Washington sur cette question serait « ajustée » en fonction de l'évolution des conditions du champ de bataille. 

Blinken se trouve actuellement à Prague, la capitale tchèque, pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN.

Par ailleurs, le porte-parole de la Sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré mercredi soir que, bien que le soutien américain à Kiev ait augmenté "pour l'instant, il n'y a aucun changement dans notre politique". 

L'Ukraine fait face à une offensive russe dans l'est du pays, la ville de Kharkiv subissant des semaines d'attaques meurtrières, souvent lancées par la Russie depuis des postes militaires proches de la frontière ukrainienne. 

La déclaration de Blinken, lors d'un voyage en Europe, fait suite aux commentaires directs faits plus tôt cette semaine par le président français Emmanuel Macron, qui a déclaré que l'Ukraine devrait être « autorisée » à utiliser des armes fournies par l'Occident contre des sites militaires sur le territoire russe – mais strictement pas sur des cibles civiles. . 

Macron défend depuis longtemps l’idée d’une intervention plus directe dans la guerre en Ukraine – mais d’autres dirigeants occidentaux semblent également s’adoucir dans cette direction.

Le chancelier allemand Olaf Scholz reste plus prudent à cet égard, mais un porte-parole à Berlin a déclaré que "l'action défensive ne se limite pas au territoire de chacun, mais inclut également le territoire de l'agresseur". 

La semaine dernière, le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré à The Economist que l’Occident devrait permettre à l’Ukraine de se défendre en frappant des bases militaires en Russie. 

"L'Ukraine a le droit de se défendre. Et cela inclut les frappes sur des cibles sur le territoire russe", a déclaré Stoltenberg.