LE MONDE

Erdogan se rendra en Irak la semaine prochaine

Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra en Irak la semaine prochaine, pour la première fois depuis plus d'une décennie. Lors de cette visite, Erdogan cherchera le soutien de l'Irak dans sa lutte contre les insurgés kurdes basés en Irak, et la visite vise également à contrer l'influence de l'Iran.

L'une des priorités d'Erdogan à Bagdad est d'obtenir un soutien à l'offensive prévue par la Turquie contre le groupe insurgé kurde, le PKK. Le PPK utilise l’Irak comme base depuis des décennies pour mener sa guerre contre les forces turques.

Les analystes estiment que la Turquie a un plan.

"La Turquie veut lancer une stratégie globale qui repose sur une base économique, sociale et sécuritaire. Et en même temps, augmentez les capacités des forces de sécurité irakiennes et de cette manière, l'Irak peut devenir plus sûr et la Turquie peut se sentir plus en sécurité", déclare Murat Aslan, de la Fondation pour la recherche politique, économique et sociale.

Le mois dernier, Ankara a remporté une victoire diplomatique lorsque les autorités irakiennes ont interdit le PKK. Le président Erdogan dispose d’autres atouts pour obtenir des concessions. L'Irak connaît actuellement une sécheresse et Bagdad demande à la Turquie d'ouvrir des barrages pour libérer davantage d'eau dans les rivières qui traversent l'Irak, une demande que le dirigeant turc se dit prêt à étudier.

Les analystes estiment que l'approfondissement des relations commerciales constitue également un élément important du programme du président turc. Il vise à accroître le transit international de marchandises via l'Irak dans le cadre d'une nouvelle route commerciale entre la Chine et l'Europe.

Selon l'ancien diplomate turc ayant servi en Irak, c'est également le but de la visite d'Erdogan en Irak.

"Le point central de cette visite présidentielle en Irak, à Bagdad et Erbil, sera ce qu'on appelle la route de développement, qui reliera le port de Bassorah à la frontière turque ou à un nouveau point frontière", dit-il.

Erdogan dit qu'il pourrait se rendre à Erbil, la capitale du Kurdistan semi-autonome, avec laquelle le dirigeant turc a développé des relations étroites.

Les analystes préviennent cependant que son objectif d’étendre l’influence turque en Irak pourrait être contrecarré par l’Iran, qui a une influence considérable en Irak.

Les analystes estiment que la visite d'Erdogan en Irak pourrait apporter un changement, mais elle pourrait également alimenter la rivalité historique entre la Turquie et l'Iran. /VOA