Londër

Le procès de l'étudiant musulman qui a demandé l'autorisation des rituels religieux à l'école est rejeté

École

Un élève musulman d'une école de Londres a perdu le procès devant la Cour suprême concernant l'interdiction de la pratique de rituels religieux, rapporte la BBC.

L'école Michaela de Brent a été poursuivie en justice par l'élève en raison d'une politique qui, selon elle, interdisait les rituels religieux.

L'étudiant a déclaré que la règle était discriminatoire.

Les représentants légaux du lycée ont déclaré devant la Cour suprême qu'autoriser les rituels religieux risquait de « minimiser l'inclusion » parmi les étudiants.

Environ la moitié des quelque 700 élèves de l'école sont musulmans.

Le tribunal a rejeté le procès de l'écolière dans un jugement rendu mardi matin.
L’affaire est considérée comme soutenant le droit des écoles non religieuses de prendre leurs propres décisions quant à savoir si elles souhaitent réserver du temps et de l’espace aux élèves pour prier.

La fondatrice de l'école, Katharine Birbalsingh, a déclaré à travers un message sur le réseau social "X", que la décision était une "victoire pour toutes les écoles".

"Les écoles ne devraient pas être forcées par un enfant et sa mère à changer leur approche simplement parce qu'ils ont décidé qu'ils n'aiment pas quelque chose à l'école", a écrit Birbalsingh.

Dans le procès intenté contre les dirigeants de l'école "Michaela Community Schools Trust" à Londres, l'étudiante a affirmé que l'interdiction des rituels religieux violait son droit à la liberté de religion.

"L'élève savait que l'école est laïque et qu'elle serait soumise à des restrictions pour pratiquer sa religion", indique la décision de 83 pages de la Cour suprême, qui rejette le procès de l'élève.

En revanche, le juge a accepté l'objection de l'élève à une décision de l'exclure temporairement de l'école.