LE MONDE

La Turquie refuse au président pro-kurde nouvellement élu d’exercer ses fonctions

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan

Photo : Presse associée

Les autorités électorales turques ont refusé mardi à un maire nouvellement élu du parti pro-kurde le droit d'exercer des fonctions dans une ville de l'Est et l'ont remplacé par le vice-président des élections locales, un candidat du parti du président turc Recep Tayyip. Erdogan, rapporte l'AP " agence. 

Les élections locales de dimanche ont été un coup dur pour Erdogan et son Parti de la justice et du développement au pouvoir. 

Le principal parti d'opposition a reconquis Istanbul et la capitale Ankara et a réalisé des avancées majeures dans d'autres villes, tandis que le parti pro-kurde Égalité et Démocratie, ou DEM, a remporté plusieurs municipalités en Turquie dans des régions à majorité kurde, malgré des années de répression et des milliers de personnes. de militants politiques arrêtés. 

La décision de confier le mandat à Abdullah Zeydani, du parti DEM, après qu'il ait obtenu le droit de gouverner la ville orientale de Van, a déclenché des réactions négatives et des manifestations mardi. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants à Van. DEM a déclaré qu'il ferait appel de la décision.
Le principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP), de centre-gauche, a également condamné cette décision. 

Pour justifier leur prise de fonction, les autorités électorales ont cité une récente décision de justice selon laquelle un homme politique qui a passé du temps en prison ne peut pas diriger une ville. 
Zeydan a remporté dimanche 55 pour cent des voix lors de l'élection de Van. Le candidat arrivé deuxième à ces élections, Abdullah Arvas, du parti d'Erdogan, n'a obtenu que 27 pour cent.

Outre Van, le DEM a remporté des municipalités dans neuf provinces principalement kurdes du sud-est de la Turquie.