LE MONDE

L'ONU déclare que le Hamas a commis des violences sexuelles en Israël le 7 octobre

L'équipe de l'ONU s'est rendue en Israël entre le 29 janvier et le 14 février. Selon le rapport, 33 réunions ont eu lieu avec des représentants israéliens et plus de 5000 50 images photographiques ainsi que XNUMX heures de séquences vidéo ont été examinées.

(BBC) – Une équipe de l'ONU a déclaré que, sur la base des preuves recueillies, les membres du Hamas qui ont attaqué Israël le 7 octobre ont commis des viols.

Ils ont déclaré disposer d'informations convaincantes selon lesquelles les otages avaient été victimes de violences sexuelles.

Le Hamas a nié que des hommes armés aient agressé sexuellement des femmes lors de ces attaques.

"L'équipe a constaté qu'il existe de fortes raisons de croire que des violences sexuelles se sont produites à plusieurs endroits lors des attaques du 7 octobre", indique le rapport de l'ONU. "Il semblerait qu'il y ait eu des violations à l'endroit où s'est tenu le festival de musique Nova et dans ses environs, la route 232 et le kibboutz Re'im".

Des hommes armés du Hamas ont envahi le sud d'Israël le 7 octobre, tuant environ 1200 253 personnes et prenant XNUMX otages.

Israël a répondu en lançant une campagne militaire à Gaza qui a tué 30.500 XNUMX personnes, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Des informations faisant état de violences sexuelles perpétrées par le Hamas – désigné organisation terroriste par Israël, le Royaume-Uni et d'autres pays – ont commencé à apparaître peu après le 7 octobre et se sont régulièrement accumulées depuis lors.

Dans le rapport, l'ONU déclare avoir « trouvé des informations claires et convaincantes selon lesquelles des violences sexuelles, notamment des viols, des tortures sexuelles et des traitements cruels, inhumains et dégradants, ont été commises contre les otages ».

Il a également déclaré qu'« il y a des raisons de croire que de telles violences pourraient se poursuivre contre les personnes toujours détenues en captivité ».

L'équipe de l'ONU s'est rendue en Israël entre le 29 janvier et le 14 février.

Selon le rapport, 33 réunions ont eu lieu avec des représentants israéliens et plus de 5000 50 images photographiques ainsi que XNUMX heures de séquences vidéo ont été examinées.

Certaines allégations de viol et de violences sexuelles étaient « sans fondement », explique le rapport, notamment le cas frappant d'une femme enceinte dont l'abdomen aurait été déchiré et son fœtus poignardé. D'autres rapports n'ont pas pu être vérifiés en raison du manque d'images, a indiqué l'ONU.

"Israël se félicite de la reconnaissance définitive du fait que le Hamas a commis des crimes sexuels", a déclaré Lior Haiat, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, en réponse à la publication du rapport.

Il a ajouté qu'Israël "demande désormais la réunion immédiate du Conseil de sécurité afin de désigner le Hamas comme organisation terroriste et de lui imposer des sanctions internationales".

Cependant, Haiat a rejeté le rapport de l'équipe de l'ONU selon laquelle elle avait également reçu des informations sur des violences sexuelles contre des hommes et des femmes palestiniennes dans les centres de détention, lors de perquisitions dans des maisons et aux points de contrôle après le 7 octobre.

"Il s'agit d'une manœuvre palestinienne moqueuse et délibérée qui vise à créer une équivalence intolérable entre les crimes terribles qui ont été et continuent d'être commis par le Hamas et les allégations malveillantes et sans fondement formulées contre Israël et les Israéliens", a-t-il déclaré.

Israël a rejeté des accusations similaires formulées plus tôt par un groupe indépendant d'experts de l'ONU, les qualifiant d'« odieuses et sans fondement ».

Haiat a également déclaré qu'Israël avait rejeté une recommandation formulée dans le rapport selon laquelle le pays coopérerait avec la Commission d'enquête internationale de l'ONU, qui tente de mener une enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis par toutes les parties.

Il a qualifié l’enquête d’hostile à Israël.

Par ailleurs, le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a rappelé lundi l'ambassadeur du pays auprès de l'ONU pour des "consultations", accusant l'organisation de "tenter de faire taire le grave rapport de l'ONU sur les viols massifs".

Il a critiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, pour ne pas avoir rencontré le Conseil de sécurité pour discuter des conclusions et déclarer le Hamas organisation terroriste.