LE MONDE

Le numéro deux de l'Otan qualifie de bluff la menace de Poutine

Le secrétaire général adjoint de l'OTAN, Mircea Geoana, a déclaré que la menace de "guerre nucléaire" du président russe Vladimir Poutine n'était pour l'instant qu'une "intimidation psychologique", écrit "Politico".

Poutine a mis en garde jeudi contre une "guerre nucléaire" après que le président français Emmanuel Macron ait maintenu son message selon lequel l'Occident ne devrait pas exclure l'envoi de troupes en Ukraine.

"Il s'agit véritablement d'une menace de conflit avec des armes nucléaires", a déclaré Poutine devant l'Assemblée fédérale russe.

Mais le responsable de l'OTAN a qualifié l'avertissement de Poutine de « discours visant à l'intimidation psychologique et non à des objectifs réels », dans une interview au journal espagnol « El País ».

"Nous ne voyons aucune menace immédiate de la part de la Russie concernant l'utilisation de ces armes. Mais ces déclarations en elles-mêmes sont très dangereuses, car elles détruisent la confiance. La Russie connaît les conséquences de cette mesure", a-t-il ajouté.

Geoana a également déclaré que l'OTAN « doit continuer à soutenir l'Ukraine et éviter une escalade avec la Russie ».

Concernant la proposition de Macron, il a déclaré que l'OTAN respecte les idées des alliés, mais n'a pas l'intention ni ne prévoit d'envoyer de troupes en Ukraine.

Geoana espère que l’alliance restera forte même si l’ancien président Donald Trump remporte les élections présidentielles des États-Unis d’Amérique en novembre prochain.

"Les Républicains comme les Démocrates comprennent la concurrence avec la Chine, la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. Les États-Unis auront besoin de leurs alliés en Europe et dans le reste du monde", a déclaré Geoana.