LE MONDE

Bolsonaro nie les accusations portées contre lui

L'ancien président brésilien Jair Bolsonaro a affirmé avoir été victime de persécutions politiques depuis qu'il a quitté ses fonctions il y a un peu plus d'un an.

Il a déclaré à des dizaines de milliers de partisans à Sao Paulo que les allégations de coup d'État portées contre lui étaient un « mensonge ».

Il a également demandé l'amnistie des centaines de ses partisans reconnus coupables d'attaques contre des bâtiments publics.

La police enquête pour savoir si Bolsonaro a fomenté un coup d’État manqué après avoir perdu les élections de 2022.

S'adressant à un rassemblement dimanche dans la plus grande ville du Brésil, l'ancien président de 68 ans a rejeté les allégations portées contre lui comme étant politiquement motivées.

Il a déclaré qu'il était temps d'oublier le passé et de laisser le Brésil aller de l'avant.

Il a également profité de son discours pour évoquer la prochaine élection présidentielle en 2026.

Bolsonaro a été interdit de se présenter à la présidence pendant huit ans pour avoir porté atteinte au système électoral brésilien et affirmé que les dernières élections avaient été truquées, malgré l'absence de preuve de fraude électorale.