LE MONDE

Les députés d'extrême droite portugais s'opposent au discours de Lula

Les législateurs d'extrême droite de Lisbonne ont protesté contre un discours au parlement prononcé par le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, brandissant des drapeaux ukrainiens et des pancartes indiquant : "Le pays du voleur est en prison" et "Assez de corruption".

Lula s'exprimait au parlement le jour où le Portugal commémore 49 ans depuis la révolution des œillets de 1974, lorsque de jeunes officiers de l'armée ont renversé une dictature de droite de quatre décennies.

Le coup d'État presque sans effusion de sang a apporté ce qui était pour les Portugais des nouveautés - le droit de vote, les soins de santé universels, l'éducation publique, les pensions de vieillesse et les droits du travail.

Les manifestants ont tenu leurs pancartes pendant que le reste du Parlement applaudissait Lula lors de son discours.

Le président du parlement, Augusto Santos Silva, est intervenu, clairement irrité, affirmant que la volonté du député de rester dans la salle devait être polie et polie.

Lors de sa première conférence de presse conjointe avec le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, Lula a évité la controverse sur ses récents commentaires sur l'aide militaire occidentale alimentant le conflit Ukraine-Russie.