LE MONDE

Point de contrôle des petits Ukrainiens à Kharkiv

Chaque jour, Maksym et Andreï, 11 ans, se rendent à leur poste de contrôle sur l'autoroute menant à Kharkiv. Chaque jour, ils saluent les soldats ukrainiens.

Ils portent des fusils en plastique et saluent chaque véhicule militaire qui passe devant leur poste de contrôle.

Andrii et sa mère ont déménagé dans la campagne près de Kharkiv au début de la guerre après que leur maison dans la ville ait été bombardée par les forces russes.

Le père d'Andrii fait partie de l'armée ukrainienne.

Le voisin leur a fabriqué des armes légères, tandis que les soldats y ont mis des drapeaux ukrainiens.

"Je pensais que dans l'état actuel des choses, je devais rester au poste de contrôle et défendre mon pays. Pour protéger mes proches et pour que tout se passe bien", explique Andreii.

L'armée russe poursuit ses attaques sur Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine.

Les attaques illustrent des objectifs plus larges que la simple occupation de la région du Donbass.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l'État envisageait de prendre le contrôle d'un plus grand nombre de territoires ukrainiens, notamment des régions de Kherson et de Zaporizhzhia, dans le sud de l'Ukraine.