Arberi

Le processus de vote pour le licenciement de Zeqir s'est déroulé dans des conteneurs non chauffés

Le processus de vote s'est également déroulé sans incident et avec un faible intérêt de la part des citoyens dans la municipalité de Zubin-Potoku. Dans un centre de vote où il y a eu de fortes chutes de neige, les conditions de base manquaient.

Ce centre de vote pour environ 400 habitants ayant le droit de vote dans les villages de Crepulë et Ceceva à Zubin-Potok n'avait ni éclairage ni chauffage.

Le générateur ne fonctionnait que pour maintenir la caméra de surveillance allumée pendant le processus de vote.

Et par temps froid, les commissaires de ce centre se réchauffaient dans une voiture.

Dans la municipalité de Zubin-Potoku, il était prévu d'ouvrir 14 bureaux de vote, mais ils ont été fusionnés en cinq.

Deux d’entre eux seulement ont été ouverts dans des établissements publics, les trois autres ont été improvisés grâce à des conteneurs.

La deuxième citoyenne qui a utilisé son droit de vote dans le plus grand centre de vote de la municipalité a déclaré qu'elle était contre la destitution du maire Izmir Zeqiri.

"Je suis contre le limogeage du maire. Oui, ça a bien fonctionné. Tout le monde devrait utiliser son vote", a déclaré un électeur.

Le maire de cette commune a promis une série de projets si le résultat final du référendum lui est favorable.

"Depuis le début, j'ai été très attentif au fait qu'avec le citoyen cela signifie être ouvert à l'agenda dans l'intérêt du développement, dire citoyens, avoir des idées communes, pour que le citoyen puisse voir que ses demandes seront mises en œuvre avec ces capacités et opportunités dont nous disposons", a déclaré Izmir Zeqiri, président de Zubin-Potoku.

Ce processus ne s'est pas déroulé sans incident. La présence de policiers était présente dans chaque centre de vote, ainsi que sur les routes qui y mènent.

Même le président de la commission électorale municipale, Agim Kastrati, a déclaré que le personnel se sentait confiant dans la mise en œuvre de ce processus.

"Cependant, personnellement, je me sens très en sécurité. Je n'ai aucun problème avec la question de la sécurité, surtout maintenant que nous sommes dans l'établissement municipal où la police est également présente. Mais je crois que même dans d'autres bureaux de vote et dans d'autres bureaux de vote, il n'y a pas de problème éventuel en matière de sécurité", a déclaré Kastrati.

6 citoyens avaient le droit de voter dans cette commune, mais à 877h15 moins de 20 citoyens exerçaient leur droit.