Arberi

Retraités avec un procès collectif contre le ministère des Finances

L'Association des retraités a critiqué les institutions pour ne pas reconnaître les droits à des pensions contributives aux personnes qui ont été licenciées de force dans les années 90. Pour cela et pour la non-augmentation des pensions définies par la loi sur les régimes de retraite, les représentants de l'Association ont annoncé qu'une procédure collective avait été engagée contre le ministère des Finances.

L'Association des retraités du Kosovo a engagé une action en justice collective contre le ministère des Finances concernant le non-respect de certaines de leurs revendications.

Le procès a été intenté pour la non-application des décisions de la Cour constitutionnelle, qui ont reconnu le droit des retraités à bénéficier de la pension contributive pour la période où ils ont été licenciés de force du travail par le régime serbe dans les années 89. 90.

Le président de l'Association des retraités, Njazi Gashi, a également déclaré que la non-augmentation des pensions était également incluse au motif que la loi sur le régime des pensions précise que les pensions doivent augmenter chaque année en fonction de l'augmentation de l'inflation.

"Il s'agit d'un procès pour les injustices qui ont été faites aux retraités depuis 2016. La Cour constitutionnelle a rendu une décision concernant la condition de 15 ans qui n'était pas équitable et non fondée sur la loi et a promis aux retraités qu'ils auraient la possibilité de ceux qui ont le droit de les indemniser avec de l'argent. La décision a été rendue par la Cour constitutionnelle et ils ne l'ont pas appliquée", a déclaré Gashi.

En plus de cette question, la loi sur les régimes de retraite précise que l'harmonisation des pensions avec le coût de la vie se fait une fois par an, augmentant le montant de la pension qui doit être payée du même pourcentage sur la base de l'indice du coût de la vie de l'année précédente, mais, selon les retraités, même ce droit légal n'a pas été respecté.

Bislim Ademi, qui a travaillé pendant 40 ans à Xeheroren e Kishnica, affirme qu'avec les retraites actuelles, ils ne peuvent pas y arriver. 

"Nous voulions porter plainte pour les années où nous étions sans travail, pour être payés parce que nous sommes partis de force, mais ils ont dit que l'organisation avait déposé la plainte (action en justice l'année dernière) collectivement, que cela avait duré 25 ou 26 ans et de plus, rien n'a jamais été rendu et je n'en savais rien. Il nous reste une petite pension, et cela ne nous suffit pas maintenant que nous sommes vieux, nous devons acheter des médicaments, nous devons aller chez le médecin et les obligations municipales, mais l'essentiel est que nous ne puissions pas survivre avec cela pension que nous avons", a déclaré Adam. "Ils ont promis, ils augmenteront la pension, mais nous ne savons pas ce qui sera fait".

Concernant les préoccupations des retraités, le ministère des Finances n'a pas répondu aux questions de KOŠA.

En juillet de l'année dernière, l'Assemblée du Kosovo a approuvé le projet de loi modifiant et complétant la loi sur les régimes de retraite financés par l'État, qui donne à des milliers de citoyens le droit à une pension contributive.