Arberi

Abdixiku : le Kosovo ne doit pas être l'otage collectif d'une folie politique

Lumir Abdijiku

Le chef de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), Lumir Abdixhiku, a déclaré que le Kosovo ne devait pas être l'otage collectif "d'une folie politique populiste", annonçant avoir réuni mercredi les structures dirigeantes des cinq branches du parti.

Il a écrit sur Facebook que le Kosovo a besoin d'un développement prudent.

"Que ce pays ne soit pas l'otage collectif d'une folie politique populiste qui n'incite qu'à la peur, à la tristesse et à la tension. Nous avons besoin de développement. Nous avons besoin de prudence. Nous avons besoin d’une route euro-atlantique. Le Kosovo a besoin de la « Nouvelle Route » – le programme politique le plus ambitieux du pays. Dans les moments politiques critiques, notre activisme politique devient une nécessité. Dans les moments politiques critiques, le soutien à la LDK est indispensable", a déclaré Abdixhiku.

Selon lui, la croissance de la LDK et ses bonnes actions "ont mis les opposants devant". Il a également évoqué la gouvernance de Përparim Rama à Pristina.

"De toute évidence, notre unité, notre croissance, le bon travail que nous accomplissons placent nos adversaires devant nous. Là, ils s'unissent tous contre nous ; comme maintenant, comme ils l'ont toujours fait. Là, ils testent la confiance des électeurs de la capitale dans la LDK, l'arrachent de la table. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que le temps d’une telle politique est révolu ! Nous ne les laisserons pas faire de cette politique un modèle à Pristina", a écrit le député du parti d'opposition.

Concernant la rencontre avec les structures, le chef de la LDK a ajouté qu'elles se sont réunies pour une large organisation du parti.

L'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) a accusé mercredi le gouvernement Kurti de rompre les relations avec ses alliés.

Le chef de ce parti, Ramush Haradinaj, a déclaré que le gouvernement donnait au pays une direction dangereuse.