Arberi

KDI s'oppose à la motion de censure, dit qu'elle crée de l'incertitude

L'Institut démocratique du Kosovo a annoncé qu'il suivait avec préoccupation les derniers développements politiques dans le pays, concernant le lancement d'une motion de censure contre le gouvernement par l'entité politique LDK.

Ils estiment qu’une telle initiative, entreprise surtout dans une période de lutte contre la propagation du virus COVID-19, est inutile.

"Nous rappelons que le nouveau gouvernement du Kosovo a été formé il y a seulement 45 jours après une période de plusieurs mois où il était gouverné par un gouvernement démissionnaire et que l'introduction dans un nouveau cycle de crise institutionnelle pourrait entraîner une nouvelle stagnation du développement économique et social, dans la prolongation des réformes en faveur de l’État de droit et dans le processus d’intégration européenne. Tout cela affaiblira sans aucun doute la position politique de l'État au niveau international, polarisera encore plus la scène politique et produira désillusion sociale et instabilité", indique le communiqué.

KDI estime que le Kosovo a déjà surmonté les situations où le pays avait besoin de gouvernements techniques ou d'unité, en particulier avant la déclaration d'indépendance.

Selon eux, les gouvernements techniques ou d’unité sont principalement caractéristiques des États dépourvus de stabilité institutionnelle et présentant une polarisation politique extrême.

"Par conséquent, KDI estime que la création d'un tel gouvernement serait une distorsion de la volonté exprimée par les citoyens le 6 octobre de l'année dernière, et produirait également de nouvelles institutions sans légitimité citoyenne. Alors que le pays est confronté à la pandémie mondiale de COVID-19, la situation créée sur la scène politique crée une incertitude parmi les citoyens et de telles situations de crise ne doivent pas être utilisées à des fins politiques. A cet égard, la durée des procédures constitutionnelles pour la formation d'un nouveau gouvernement laisserait le pays sans institutions au moment où le pays en a le plus besoin", indique le communiqué.

Ils ajoutent en outre que les citoyens du pays attendent plus que jamais que les dirigeants politiques fassent preuve de courage et de prudence et, par des actions responsables, approfondissent et renforcent la coopération interinstitutionnelle pour surmonter cette situation difficile non seulement pour le Kosovo mais pour toute l'humanité.