Arberi

Basha: le 30 juin a montré qu'il ne peut y avoir d'élections libres et équitables avec Rama

Le président du Parti démocrate, Lulzim Basha, lors d'une conférence tenue ce soir au siège bleu, a affirmé que 85% des Albanais ont montré hier qu'ils voulaient du changement.

Selon lui, les Albanais l'ont défié, l'ont isolé et ont donné des sueurs froides à Rama.

"Hier, plus unis que jamais, non pas autour d'un parti politique, mais autour des valeurs que nous défendons en tant que nation, les valeurs européennes, la liberté et la démocratie, vous avez ouvert la voie au retour de la dignité bafouée de chaque Albanais. Les absurdités du 30 juin ont montré ce qu’Edi Rama est prêt à faire pour son pouvoir. Les images glaçantes des personnes âgées qu'on tenait par les bras pour aller aux urnes, les images tristes des handicapés, l'impossible qui a dû participer à la farce pour gagner sa vie, les images des employés de l'administration qui votaient avec leur tête désespéré », a déclaré Basha.

Il a poursuivi le décompte en ajoutant, selon lui, "les images des forts qui menaçaient en uniformes de policiers ou enveloppés dans les robes des dirigeants sont le reflet le plus clair de la dégradation de ce régime".

"La combinaison de l'usage du crime et de la pression du pouvoir pour les votes est l'apparition des élections albanaises avec Edi Rama, prouvée précédemment par Dibra, à Durrës et hier encore, dans toute l'Albanie. 85 % des Albanais rejettent le régime du vol et de la violence. Hier, 85 % des Albanais ont rejeté Edi Ramen, 85 % des Albanais ont montré hier qu'ils voulaient du changement", a-t-il déclaré.

Basha a déclaré "pas un simple changement politique, 'tu pars et je viens', mais le véritable changement qui commence par un changement du système, en garantissant des élections libres et équitables, en garantissant le vote et en le renforçant".

"85% des Albanais, démocrates, socialistes, sans parti, ont montré hier qu'ils veulent le changement qui ne dicte jamais la politique avec le crime, jamais avec les criminels pour décider des députés et des maires, jamais avec le crime au Parlement et prendre place dans la gouvernance. , les employés de l'administration ne devraient plus jamais être humiliés, utilisés pour remplir des rassemblements de parti ou menacés sur leur lieu de travail pour le vote, et plus jamais le lieu de travail, les moyens de subsistance, l'aide économique ou la retraite ne devraient plus être conditionnés par le vote. Le projet d'Edi Rama de voter à parti unique a échoué hier. Les Albanais l'ont totalement rejeté, lui et ses mercenaires. Les Albanais l'ont défié, l'ont isolé et lui ont donné des sueurs froides", a déclaré Basha.

Basha a déclaré que la position du PD sur Edi Rama ne change pas.

"Le 30 juin a montré qu'avec Edi Rama, il n'y a pas et ne peut pas y avoir d'élections libres et équitables", a-t-il déclaré.